Generic selectors
Résultats exact uniquement
Rechercher dans les titres
Rechercher dans les contenus
Rechercher dans les articles
Rechercher dans les pages
A a =

Cimetière

Un peu d’histoire

L’ancien cimetière se trouvait de chaque côté de l’entrée et sur le côté du clocher de l’église Saint Martin. Une petite porte, située sous le clocher, permettait d’entrer dans l’église en venant du cimetière. Elle est aujourd’hui murée. Dans l’église, des pierres tombales, abritent les sépultures de certains curés de la paroisse ou encore de bienfaiteurs de l’église. On les trouve essentiellement dans le chœur ; elles datent des XVIIème et XVIIIème siècles. L’ancien cimetière a été supprimé en 1848 mais les derniers ossements n’ont été exhumés et transférés au nouveau cimetière que pendant la Première Guerre mondiale, comme en attestent les témoignages des anciens qui ont vécu cette période.

En 1804, une loi (décret du 23 prairial an XII) vise à créer de nouveaux cimetières, éloignés des bourgs et entourés de murs de deux mètres de hauteur notamment pour des raisons de santé publique. Cette loi mettra du temps à être appliquée sur l’ensemble du territoire. Pour ce qui est d’Ozouer-le-Voulgis, l’histoire du nouveau cimetière a commencé en août 1832. Le maire, M. Aucherard, organise une réunion extraordinaire afin d’acquérir un nouveau terrain pour un cimetière en raison de l’épidémie de choléra qui a atteint la région parisienne au printemps ; ce terrain,  situé au lieu-dit « La Touffe de chien », est de 75 perches et appartient au Baron Meunier, le gendre du peintre Jacques-Louis David. La somme de 3000 francs est à prendre sur le budget de la voirie. Le projet est refusé car les ressources sont insuffisantes mais comme le besoin est urgent, on a recours à une imposition extraordinaire. De plus, en 1836, on y affecte l’argent venant de la vente d’un surplus de bois.

Il faudra cependant attendre novembre et décembre 1840 pour que la commune acquière enfin auprès de Michel Nicolas Olive Prévost, cultivateur, pour 2400 francs, un terrain au lieu-dit « Climat du Moulin à vent » ou de la « Touffe des chiens » et contenant 42a 21ca pour le nouveau cimetière. En 1846, les travaux se terminent par le crépissage du mur d’enceinte pour un montant de 408,40 francs.

En 1951, l’espace venant à manquer, le conseil municipal décide d’acquérir un terrain de 13a 80ca pour réaliser une extension.

Les travaux ces dernières années et demain

Depuis 2014, la municipalité s’est attachée à répondre à différents besoins : l’entretien et l’embellissement du cimetière, la mise à disposition de nouvelles concessions plutôt que d’envisager une nouvelle extension. Dans l’avenir, l’agrandissement du columbarium est à prévoir.

Reprise des concessions

Sur le millier de tombes que compte notre cimetière, nous avons évalué à plus de 300 les concessions à l’état d’abandon. Ceci concours à la perception d’un défaut d’entretien régulièrement remontée en mairie par les visiteurs. Nous ne sommes en effet pas autorisé à intervenir directement sur les concessions qui restent des propriétés privées. La procédure de reprise des concessions perpétuelles en état d’abandon manifeste est la plus formalisée en matière de gestion des cimetières. C’est une procédure plus longue, 3 ans minimum. C’est aussi une procédure lourde et complexe de par la règlementation funéraire. Pour ces concessions sans limitation de durée, seul le défaut d’entretien est un motif de reprise.

A ce jour, 90 tombes du carré nord-est en état d’abandon ont été reprises. Progressivement ces tombes abandonnées feront l’objet de travaux qui permettront leur réaffectation. Les restes exhumés seront placés dans des reliquaires puis réinhumés dans l’ossuaire du cimetière. D’autres procédures sont en cours sur le carré sud-est et le programme de reprise sera achevé fin 2026.

Entretien et embellissement

Des travaux ont déjà été exécutés en 2020 pour la réfection de l’allée principale et des allées transversales, la taille des arbres de l’allée principale pour former une voûte et la plantation de 6 arbres le long des murs est et ouest.

Les services techniques assurent un entretien régulier des allées sans pouvoir intervenir sur les concessions.

Règlement et tarif

Le règlement du cimetière …

Le conseil municipal du 12 novembre 2021, en considérant la nécessité d’organiser une gestion optimale du cimetière et au regard du cout des travaux de reprise de concessions, a fixé les tarifs suivants :

  • 300€ pour une concession d’une durée de 15 ans
  • 600€ pour une concession d’une durée de 30 ans
  • 1 200€ pour une concession d’une durée de 50 ans